Les huiles végétales dans l'alimentation- Seconde partie

Le Neem

En médecine ayurvédique, on l'utilise traditionnellement comme solution antibactérienne, antivirale et anti-parasitaire pour se débarrasser naturellement des vers intestinaux.

La principale vertu de cet arbre remarquable est sa capacité à éliminer les toxines en excès qui se retrouvent dans le sang et causent des problèmes de peau. Parmi la vaste sélection de plantes utilisées pour la désintoxication, le neem permet d’éliminer les toxines en circulation, sans nécessairement déloger les toxines enfouies plus profondément dans le corps.

Certains aspects de la désintoxication font remonter à la surface les toxines enfouies dans les graisses, la lymphe et les articulations, augmentant ainsi les effets secondaires des cures et des protocoles de nettoyages du corps, notamment les problèmes de peau, les odeurs et une sensation de lourdeur.

En médecine naturelle indienne, l’ayurvéda, on utilise donc le neem pour soigner les problématiques de peau de type « pitta» soit les symptômes « de feu » ainsi que les excès de liquide et/ou de gras : acné et autres éruptions cutanées, rougeurs, inflammations, infections, champignons, peau grasse, suintements et suppurations.

Cet effet purificateur s’exprime d’ailleurs par la saveur très amère du margousier (neem), ce qui laisse présager ses fonctions utiles à la désintoxication.

D'autre part, il fortifie la muqueuse intestinale.

Il est très courant parmi la population occidentale de souffrir de dysbiose intestinale. Cela signifie que notre flore intestinale n’est pas optimale et que certaines bactéries prolifèrent en trop grand nombre, réduisant par le fait même la quantité de nutriments bien digérés et absorbés par le corps. La plupart des pathologies modernes sont associées ou reliées du moins en partie à une flore intestinale déséquilibrée.

L’effet antibactérien prononcé du neem aide à élaguer les populations bactériennes excessives. De plus, il stimule l’excrétion de la bile dont la qualité et la libre circulation influe grandement sur l’état de la flore intestinale. Enfin, le neem fortifie peu à peu le tissu épithélial qui recouvre la muqueuse intestinale, lui redonnant toute son intégrité et maximisant ses fonctions.

Concernant les fonctions digestives, notez aussi que le neem régularise la glycémie, active le foie et aide à réveiller l’appétit.

il élimine efficacement les parasites et champignons

Le neem est puissamment antiseptique, capable de repousser des parasites, des vers intestinaux et des champignons coriaces. On l’emploie autant à l’interne sous forme de capsules qu’à l’externe sous forme d’huile végétale ou d’huile essentielle. Le neem dégage une forte odeur déplaisante lorsque pure mais elle est habilement dosée et camouflée parmi les parfums exotiques des produits corporels indiens.

Son huile végétale est si antiseptique que l’on peut s’en servir pour combattre les punaises de lits et tuer les poux. Le margousier figure parmi les antiparasitaires les plus efficaces que l’on puisse trouver et sa matière première est très peu couteuse.

En cas d’excès:

Au-delà d’un ou deux grammes par jour et dans certaines circonstances, le neem consommé à l’interne peut provoquer des effets secondaires tels que diarrhées ou vomissements. On évite aussi d’ingérer son huile essentielle et ses graines. Les femmes enceintes doivent éviter le neem en usage interne ainsi que son huile essentielle en usage externe, bien que les produits cosmétiques à base de neem soient sans problèmes car beaucoup moins concentrés. Le neem peut aussi aider à la baisse la glycémie et la pression artérielle en combinaison avec des médicaments ayant ces mêmes effets.

La Noisette

Riche en acides gras mono-insaturés essentiels, l'huile de noisette vous permet de faire le plein d'Oméga-9, de vitamines A et E. On peut l'ajouter la préparation des pâtisseries car elle accompagne idéalement la croissance des enfants.

Outre sa composition nutritionnelle intéressante, le goût et l'odeur de l'huile végétale de noisette s'avèrent généralement très appréciés ! D'où sa réputation d'huile gastronomique !

La noisette fait partie des fruits oléagineux qui contiennent la plus forte teneur en lipides, ce qui lui confère des qualités à la fois nutritionnelles et cosmétiques. Il peut donc être intéressant d'associer une utilisation cutanée et nutritionnelle de l'huile de noisette.

Bienfaits principaux : Anti-parasitaire et vermifuge (doux pour les enfants), antianémique, préventive des maladies cardio-vasculaires.

Autres bienfaits : Hypotensive légère, régulatrice du taux de cholestérol, préventive des maladies coronariennes, action positive sur la sphère rénale, action positive sur la sphère respiratoire.

Le pépin de Raisin

L'huile de pépins de raisin est riche en Oméga-6. Il est donc judicieux de l'associer à une huile végétale riche en Oméga-3 pour équilibrer votre apport lipidique. Sa teneur en vitamine E en fait un bon allié anti-oxydant.

La richesse en vitamine E et en polyphénols (oligo-proanthocyanidines - OPC), ajoutée à la présence de lécithines, confèrent à l’huile de pépins de raisin des qualités nutritionnelles indéniables. En effet, ils offriraient en plus de ses propriétés anti-oxydantes à l'organisme et une prévention contre les risques de maladies cardio-vasculaires et certains cancers.

Afin de respecter un ratio équilibré entre les omega-6 et 3, l'huile de pépins de raisin devrait être mélangée avec une huile de lin ou de cameline.

Bienfaits principaux : hypocholesterolémiante, hypolipémiante (diminution du taux de graisse dans le sang), protectrice du système cardio-vasculaire, stimulante du système immunitaire

Autres bienfaits: Laxative, purgative, protectrice du système nerveux, antifongique.

Autres indications nutritionnelles de l'huile végétale de pépins de raisin :Artériosclérose (en prévention, en association avec un régime adapté et un suivi médical), athérosclérose (en prévention, en association avec un régime adapté et un suivi médical), cholestérol (en prévention, en association avec un régime adapté et un suivi médical), constipation, mycose, champignons, obésité (en prévention, en association avec un régime adapté), trouble cardiovasculaires (en prévention), troubles du système nerveux (en prévention).

Conseil santé:

L'huile de pépins de raisin peut servir de base pour une vinaigrette ou en assaisonnement sur des crudités ou légumes. Il est fortement recommandé d'associer une huile végétale riche en omega-3 (par exemple l'huile de lin) afin d'assurer un ratio favorable (1/3) à un bon équilibre nutritionnel (1/3 d'huile de pépins de raisins et le reste en huile de lin par exemple). Elle est parfaite pour faire une bonne mayonnaise !

Précautions d'emploi de l'huile de pépins de raisin:

L'huile de pépins de raisins ne doit pas être chauffée. ll est recommandé de placer le flacon (après ouverture) au réfrigérateur.

Le Sésame

L'huile de sésame vous apporte un apport lipidique équilibré. Non contente de séduire les papilles, cette huile extraite de graines de sésame est source de calcium, de phosphore et de magnésium. La lécithine présente dans l'huile de sésame participe au bon fonctionnement du cœur et du cerveau.

L'huile de sésame, une alliée redoutable pour améliorer la qualité votre alimentation.

Utilisée à froid dans les salades ou en cuisson dans vos plats chauds, l’huile de sésame est riche en bonnes graisses polyinsaturées et monoinsaturées qui aident à diminuer le taux de cholestérol dans le sang. Les personnes qui aiment son goût très prononcé se régalent avec quelques gouttes en fin de cuisson.

En cuisine , il s'agit la plupart du temps d'une huile de graines de sésame non grillées, mais il existe des huiles de graines de sésame grillées dont la saveur est exacerbée. Cependant, elles nécessitent d'avoir la main plus légère.

De plus, pendant les périodes de constipation, l’huile de sésame est une alliée précieuse. Utilisée en complément d’autres mesures alimentaires (boire de l’eau et manger des fibres), elle aide le système digestif à se remettre en route. Une cuillerée à soupe le matin ou le soir suffit à lubrifier l’intestin pour soulager la contipation.

L'Onagre

L’huile d’onagre est conseillée aux femmes rencontrant des problèmes hormonaux comme les douleurs menstruelles, les maux de tête, la rétention d'eau, la fatigue... Riche en acides gras polyinsaturés, elle régule le cholestérol et protège le système cardio-vasculaire. Elle apporte également les vitamines A, D, E et K.

L’huile d’onagre, issue des graines contenues dans ses fruits, est l’une des huiles les plus riches en acides gras. Outre ces AGL aux multiples vertus santé, l’huile d’onagre contient également de l’acide oléique (Oméga 9), de la vitamine E (antioxydante), des phytostérols (connus pour faire baisser le taux de mauvais cholestérol) et des acides triterpéniques.

Les nombreux acides gras insaturés contenus dans l’huile d’onagre, ainsi que ses phytostérols lui confèrent son action hypocholestérolémiante et cardio-protectrice en limitant l’athérosclérose (formation de plaque d’athérome sur les artères) responsable des AVC et maladies coronariennes.

L’acide gamma-linolénique contenu en grand nombre dans l’huile d’onagre est lié à la production de prostaglandines de type 1, directement impliquée dans la réponse inflammatoire. L’huile d’onagre permettrait donc d’inhiber partiellement les mécanismes responsables de l’inflammation.

Les femmes les plus sujettes aux syndrome prémenstruel (SPM) sont souvent carencées en AGL. Une supplémentation est alors efficace pour améliorer ces symptômes. Ceci s’expliquerait en partie par l’action des AGL sur les prostaglandines, impliquées dans la régulation du cycle hormonal et dans la diminution de la prolactine, hormone liée au SPM. Pour les femmes ménopausées, l’onagre aurait des effets positifs sur les bouffées de chaleur, l’irritabilité et les douleurs abdominales. Mais surtout, elle n’a pas son pareil pour re-pulper et assouplir la peau des femmes, largement affectée par la ménopause.

Comme le suggère cette étude Sud-Africaine de 1981, l’huile d’onagre combinée à des huiles de poisson et à du calcium, améliore la densité minérale osseuse (DMO) des personnes âgées sujettes à l’ostéoporose.

L’Agence Européenne du médicament (EMA) reconnaît d’ailleurs l’usage de l’huile d’onagre pour calmer les démangeaisons et soulager les peaux sèches. Ses acides gras lui confèrent une action hautement hydratante lui permettant de restaurer le film lipidique protecteur de la peau. La vitamine E et les acides triterpéniques qu’elle contient ont enfin une forte action antioxydante, qui rendent l’huile d’onagre efficace pour lutter contre le vieillissement cutané en limitant notamment l’apparition des rides.

Traditionnellementutilisée pour soulager les troubles cutanés ou les troubles prémenstruels, on recommande entre 3 et 6 g d’huile d’onagre par jour (2 g deux à trois fois par jour), ce qui correspond généralement à 1 à 3 gélules par jour.

Attention

Troubles digestifs (nausées, maux d’estomac, diarrhée) et des maux de têtes peuvent être constatés à fortes doses.

On déconseille l’usage médical de l’huile d’onagre en période de grossesse ainsi que chez les personnes épileptiques.

Enfin, son action légèrement anticoagulante est susceptible d’augmenter l’efficacité de certains médicaments. Il est donc préférable de ne pas entreprendre de cure d’huile d’onagre si vous êtes traité par anticoagulants.

L’Olive

A peu près tout le monde possède une bouteille d'huile d'olive à la maison. Assurez-vous qu'elle soit extra vierge pour en tirer le meilleur des nutriments qu'elle apporte : Oméga-9, polyphénols, vitamines A, D E et K. Elle fournit du « bon gras » qui protégera vos artères et facilitera votre digestion en stimulant la production de bile.

L’huile d’olive constitue l’un des éléments majeurs de l’alimentation méditerranéenne, notamment du régime Crétois.

Bienfaits principaux : Prévention des infections, sédative légère, laxative légère, cholérétique et cholagogue, digestive (surtout au niveau de l’estomac)

Autres bienfaits : Réduction du risque d’AVC, limite l’élévation du taux de glucose après le repas, augmentation de la formation des mitochondries, prévention de la maladie d’Alzheimer et des troubles cognitifs, prévention du cancer du sein et du cancer digestif, prévention de l'artériosclérose et du durcissement des artères.