Renforcer et préserver son immunité

Qu’est-ce que l’immunité ?

L’immunité fait référence à la capacité du corps à se défendre contre des substances menaçantes pour son bon fonctionnement ou sa survie. Ces menaces peuvent être des microbes que sont les virus, bactéries, champignons ou parasites, des cellules devenues cancéreuses, ou bien un corps étranger comme une écharde par exemple.
Cependant, il a démontré que le cadre et l’hygiène de vie influencent la qualité de la réponse immunitaire.
Dans ce contexte, les saisons froides qui coïncident avec une plus forte circulation des virus sont généralement mal accueillies par l’organisme. Si l’immunité est en berne à l’approche de l’hiver, ce n’est donc pas sans raison. Chez certaines personnes, la production de sérotonine diminue entre l’automne et l’hiver, et occasionne la survenue d’un syndrome dépressif, de la fatigue et du stress. Or, cette hormone est sécrétée non seulement par les neurones, mais également par les cellules du système immunitaire, et plus de 95 % de la sérotonine n’est d’ailleurs pas produite par le cerveau mais par l’intestin. Il n’est pas rare d’avoir des envies de sucre, particulièrement en fin de journée et en soirée, quand les jours se font plus courts et que la luminosité réduit. C’est tout à fait normal : l’organisme cherche à compenser la baisse de sérotonine du cerveau. Alors booster sa production de sérotonine, c’est lutter contre le stress, et donc doper ses défenses immunitaires !
Quand doit-on tout particulièrement renforcer ses défenses immunitaires ?
Il est important de le faire à chaque changement de saison ou en période de stress, mais également en voyage où l’on peut être confronté à de nouvelles bactéries auxquelles notre organisme n’est pas habitué.
Il faut en premier lieu renforcer son système immunitaire via une alimentation variée et équilibrée. Cela est également conseillé aux personnes suivant un traitement antibiotique qui peut déséquilibrer la flore intestinale, ou des traitements médicamenteux comme la chimiothérapie.
Et enfin, pour les personnes ayant un régime alimentaire trop riche en sucres, ou en protéines animales, il est également important de faire attention à son système immunitaire.

 

Pour commencer :

Réduire le niveau de stress

Des études scientifiques ont confirmé que le stress chronique pouvait véritablement nuire au bon fonctionnement du système immunitaire. Les sécrétions de cortisol (l’hormone du stress) en excès et sur la durée amenuiseraient ainsi les défenses immunitaires.


Pratiquer une activité physique régulière

La pratique d’une activité physique régulière permet de réduire les hormones du stress mais également de booster les défenses immunitaires pendant et après l’exercice. À la clé : moins de risques de contracter un virus mais également des symptômes moins sévères ainsi qu’une guérison plus rapide en cas d’infection. Attention toutefois : pratiqué à l’excès, le sport serait susceptible d’épuiser le système immunitaire.


Bien dormir

La fatigue et le manque de sommeil fragilisent l’organisme. Ainsi, les personnes ayant une mauvaise qualité de sommeil seraient plus vulnérables aux infections avec une réponse immunitaire plus faible que celles ayant une bonne qualité de sommeil.


Les vitamines et minéraux :


La vitamine C


La vitamine C permet de diminuer aussi bien la sévérité que la durée d’évolution des rhumes. Elle est aussi indispensable au renouvellement des globules blancs.
Dans l’alimentation on la trouve dans les légumes crus (choux, poivrons…), les fruits crus comme les agrumes, les fruits exotiques ou les fruits rouges..


La vitamine D


Une carence en vitamine D serait associée à une augmentation du risque de maladies infectieuses.
Dans l’alimentation on la trouve dans les poissons gras comme le foie de morue, le maquereau, les sardines, le hareng, les anchois…


Les vitamines A et E


La vitamine A a un rôle important. Elle contribue, dans son action avec la vitamine E, au bon fonctionnement du système immunitaire.
Où trouver la vitamine A dans l’alimentation ? Dans les abats, la carotte, la patate douce, la citrouille, les épinards, les choux….
Où trouver la vitamine E dans l’alimentation ? Dans les huiles de noisettes, les noix, les céréales…


Le zinc


Une carence en zinc va directement affaiblir le système immunitaire. Le zinc est en effet un minéral clé pour lutter contre les infections. Il est directement impliqué dans le bon fonctionnement du thymus, l’organe à l’origine de la production des globules blancs et des anticorps.
Où trouver du zinc dans l’alimentation ? Dans les viandes blanches et rouges, les poissons, les fruits de mer, les crustacés, les œufs…


Le magnésium


Le magnésium contribue à la stimulation de la production des globules blanc. Il est recommandé lorsqu’on est fatigué ou stressé et ainsi plus sensible aux infections.
Le magnésium se trouve le trouver dans les germes de céréales, les fruits secs, les oléagineux, les légumes secs…


Le fer


Le fer va améliorer les défenses immunitaires. C’est un élément vital pour le bon fonctionnement de l’organisme : il va transporter l’oxygène dans le corps, participer à la formation des globules rouges et à la régénération des lymphocytes.
Les carences en fer touchent principalement les femmes et les enfants. Les enfants ayant des carences en fer présentent un risque accru de maladies, de façon très notable, avec notamment des risques d’infections à répétition comme les otites.
Le fer d’origine animale : la viande (en particulier la viande rouge), le boudin noir, les abats comme le foie, les fruits de mer, le poisson, les moules…
Le fer d’origine végétale : les légumes secs, les algues… Seulement, il s’agit de fer non-himnique, c’est à dire moins bien absorbé par l‘organisme que celui d’origine animale. Pour améliorer son absorption, misez sur la vitamine C au même repas : celle-ci améliore l’absorption du fer présent dans les végétaux.


Le sélénium


Le sélénium contribue au fonctionnement normal du système immunitaire puisqu’il travaille avec la vitamine C à la régénération des cellules du système immunitaire. Il permet également de moduler les réactions inflammatoires et immunitaires.
Dans l’alimentation, une grosse noix du Brésil suffit à fournir l’apport quotidien recommandé d’un adulte. Autres sources de sélénium : les fruits de mer, le poisson…


Les plantes :


L’échinacée : immunostimulante et anti-infectieuse.
Le cyprès : un antiviral puissant.
Le sureau : antigrippal avant tout.
Le cassis : anti-inflammatoire et antioxydant.
Le radis noir : réputé pour détoxifier le foie qui est impliqué dans la régulation immunitaire. Il est aussi anti-bactérien, fluidifiant des sécrétions bronchiques et des fosses nasales.
Le ganoderma : pour renforcer le sytème immunitai.re
La propolis : anti-infectieuse.
Le Ginseng : augmentent l’oxygénation des cellules tout en favorisant la synthèse de neuromédiateurs. De plus, le ginseng lutte contre la fatigue et l’asthénie.
Le thym : antimicrobien, antibactérien et antifongique. I stimule le système immunitaire et aide aussi à contrer la toux.
Le noni : stimule le système immunitaire en détruisant les germes infectieux. On le consomme en jus, il est également anti-inflammatoire et antioxydant.
Le rubus fructicosus : c’est la ronce de mûrier, ses feuilles sauvages sont très efficaces pour désinfecter et calmer les gorges enflammées.
Le curcuma : il favorise la digestion et contribue également à renforcer le système immunitaire.
L’éleuthérocoque : il stimule le système nerveux central et la production de sang. Il est immuno-stimulant et active la récupération.
La Griffe de chat : plante d’Amazonie a d’excellentes propriétés anti-inflammatoires, antivirales, antirhumatismales, antileucémiques et antitumorales. Elle agit sur le système immunitaire et l’appareil digestif.
Le pachyme : contre la fatigue chronique et pour stimuler le système immunitaire.
Le Guarana: cette plante est très connue pour ses propriétés tonifiantes. Cette plante est également pleine de vitamines, de magnésium et de fer, tous trois importants pour un système immunitaire fonctionnant de manière optimale.
Le gingembre : il est composé d'huile essentielle, d'amidon, de vitamines (B1, B2, B3, C) et de minéraux (manganèse, phosphore, magnésium, calcium, sodium, fer). Parfait donc pour booster notre système immunitaire, et aider l'organisme à prévenir et à lutter contre les états grippaux.

Les huiles essentielles :


Eucalyptus, le thym ou le niaouli en diffusion


Quand il commence à y avoir une épidémie, on peut agir grâce à la diffusion. L'eucalyptus est la plus agréable des huiles essentielles en diffusion, mais on peut aussi utiliser de l'huile essentielle de thym, ou de niaouli.
Non seulement elles vont renforcer le système immunitaire, mais elles vont aussi avoir une action antibactérienne et antivirale. De quoi repousser les microbes !
Le plus pratique reste le diffuseur à froid. Mais on peut aussi utiliser un humidificateur à mettre sur un radiateur, ou tout simplement se servir d'une coupelle : on y met une dizaine de gouttes, dans un peu d'eau pour ne pas brûler les huiles essentielles.
Aussi, on peut trouver des cercles en carton ou en porcelaine à mettre sur les ampoules, qui vont venir chauffer l'huile essentielle et la diffuser dans la pièce.
Quelque soit le mode de diffusion utilisé, si on en met dans la chambre d'un enfant, il est important d'enlever le diffuseur avant qu'il ne se couche.
Enfin, sur son bureau par exemple, on peut déposer un petit galet poreux, sur lequel on met deux ou trois gouttes de l'huile essentielle de son choix.


Eucalyptus, ravistara ou origan en massage


En prévention, se masser peut être efficace. Mais quelles sont les huiles essentielles que l'on peut utiliser en massage ? Trois gouttes d'huile essentielle d'eucalyptus, de ravintsara ou d'origan, diluées dans une cuillère à soupe d'huile végétale (huile d'amande douce, huile de sésame, ou même huile d'olive.)
Avec ce mélange, on se masse le thorax, et le milieu du dos pendant quelques minutes, en sortant de sa douche par exemple.
Si vous êtes pressée, vous pouvez très bien ajouter quelques gouttes de l'une de ces huiles essentielles à votre lait hydratant pour le corps. Et le tour est joué !


Eucalyptus ou citron en inhalation


Quand on sent que ça picote un peu dans le nez, dans la gorge, les inhalations peuvent être la solution.
Dans un bol d'eau chaude (pas bouillante, pour ne pas brûler les voies respiratoires), on met une goutte d'huile essentielle d'eucalyptus ou de citron.
On se place au-dessus du récipient, on recouvre sa tête d'un torchon ou d'une serviette, et on respire la vapeur d'eau pendant quelques minutes.
Arbre à thé, niaouli ou origan par voie orale
On peut aussi prendre des huiles essentielles par voie orale, à condition de ne pas les prendre pures.
Là, on opte pour l'huile essentielle d'arbre à thé, de niaouli ou d'origan. En mettre 2 gouttes, soit sur un comprimé neutre (que l'on trouve en pharmacie), soit sur une cuillère de miel ou d'huile d'olive.
Cette cure, à faire matin et soir pendant une quinzaine de jours, est idéale au moment des changements de saison, pour renforcer son immunité.


Arbre à thé, niaouli ou lavande dans un bain chaud


En fin de journée, lorsque les températures dégringolent, faites-vous couler un bain d'eau bien chaude, et ajoutez-y une cuillère à soupe de gel douche (ou de lait entier), avec dedans 3 gouttes d'huile essentielle d'arbre à thé, 3 gouttes d'huile essentielle de niaouli et 5 gouttes d'huile essentielle de lavande.
Prélassez-vous dans ce bain pendant un moment, en respirant bien profondément.
Non seulement cela va permettre de faire suer le corps pour chasser les toxines, mais il aidera également à bien dégager les voies respiratoires.
Arbre à thé à respirer sur un mouchoir
Au bureau vos collègues toussent et se mouchent ? Dans les transports vos voisins reniflent ? Action, réaction ! Pour vous protéger des microbes, mettez 2 gouttes d'huile essentielle d'arbre à thé sur un mouchoir (propre !), que vous respirez profondément.

 

Les huiles végétales :


L’huile de coco


Elle booste votre système immunitaire et est antioxydantes grâce aux vitamines A et E qu'elle contient. L’huile de coco est dotée de propriétés anti-bactériennes et anti-infectieuses. Mais son secret, ce sont les acides gras saturés qu’elle renferme. Autrefois considérés comme mauvais, il est aujourd’hui prouvé que les acides gras réduisent les risques de maladies cardio-vasculaires et de cancer. Anti-cholestérol, l’huile de coco protège vos artères et permet de booster votre système immunitaire, vous protégeant ainsi du développement de cellules malignes.
En plus de prémunir votre métabolisme, l’huile de coco protège également notre cerveau. Elle est surtout appréciée des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer. Ses acides gras se convertissent en cétones, graisses dérivées du glucose. Les malades étant insensibles à l’insuline, (hormone qui régule le métabolisme du glucose), l’huile de coco est indispensable pour que leurs cellules ne s’éteignent pas. Selon Mary Newport, médecin américaine, elle pourrait ralentir les pertes de mémoire.


L’huile de Nigelle


Elle est dotée d’une action immuno-modulatrice.
(Utilisation de ses 2 huiles : 1 cuillère à café matin et soir.)


Huile de ricin


Antibactérienne et antiviral, elle stimule les défenses de l’organisme.
Attention toutefois, elle ne s’utilise qu’en cataplasme !
Imbiber un linge propre en coton d’huile de ricin, posez-le sur le ventre, et couvrez avec un film platique. Posez par-dessus une bouillote chaude, et laissez agir au moins 1 heure.